Qui suis-je ?

LA LANGUE DES OISEAUX - De l'ALCHIMIE à l'HERMENEUTIQUE

 
Herméneutique et Alchimie: deux mots chargés de mystères. Il s'agit de codifications à plusieurs clés de décriptage. De cette façon les plus grands secrets de l'humanité sont jalousement préservés. Ils sont aussi chacun à leur façon une invitation à cheminer en vérité, autant qu'une voix de perdition quand le pouvoir et toutes ses déclinaisons sont l'objectif.
 

Il faut dépasser la seule conception éthymologique pour comprendre que:
les mots sont des combinaisons d’échos, reflets des sons/vibrations. Ils sont, ils doivent être, dans leur essence, les révélateurs intelligibles de l'essence des choses qu’ils sont sensés définir et qui leurs préexistent.

La chose elle-même est la manifestation d’une qualité vibratoire particulière. S’il y a une distorsion entre, le mot qui définit la chose et sa qualité vibratoire de laquelle la chose tient sa manifestation, cela génère une dissonance cognitive et par suite toutes les conséquences désastreuses dont le nombre rivalise avec celui des étoiles. Plus le mot s'éloigne de son essence plus le poison est aussi insidieux que violent.
 

Les mots ont un pouvoir « révélateur» qui en cela incitent subtilement au plus profond de soi, dans l'inconscient l'émotion d’une quête intellectuelle ou réelle, pour le meilleur ou pour le pire. C'est pourquoi, mettre le mot juste sur une chose c'est devenir maître de celle-ci. 

C'est pourquoi mettre le mot juste sur la chose c’est en devenir maître. Si les mot sont utilisés pour faux, ils deviennent des instruments pour tromper sur un contenu. Ils générent puis entretiennent la confusion dans le mental. Et ce sont les mots qui nous possedent. Les "Initiés" ne s'en sont pas privé. Leur objectif n'était pas philanthropique.
 

Débarrassons-nous de ce spectre "vocabuleux" et renommons les choses simplement. Rendons les par conséquent, intelligibles, saisissables. Derrière les grands mots se cachent les grandes incertitudes (dicsit JC JUNG) mais se cachent aussi les belles manipulations. L'alchimie ou l'Herméneutique ne sont ni plus ni moins qu'un enchevêtrement de codes qui font appel et expriment des sciences qui ont été mystifiées derrière le manteau de la religiosité ou de la "spirituosité", de la mythologie et de l'ésotérisme.  
 
   
L'HERMENEUTIQUE  
L'herméneutique représente et le code et son décodage  
La maîtrise de cette science donne la capacité à décrypter l'ensemble des codes, qu’ils soient utilisés dans les textes religieux, ésotériques, alchimiques ou dans le langage populaire voir médiatique. Elle permet d’extraire la vérité qui est cachée derrière toute la mystification, et d’obtenir une libération définitive de cette capacité qu’ont les mots mal employés à nous hypnotiser et à nous faire perdre la main sur nos vies. Rappelons que mettre le bon mot sur la chose c’est en devenir maître.

Les textes religieux ont été en partie élaborés en mythologisant des phénomènes quantiques, cosmiques, et astrologiques voir astrophysiques. Pour donner un exemple, la vierge fait référence au signe astrologique de la vierge qui représente le travail, non pas le job, mais le travail d’assimilation de l’expérience, de quoi nait (ou croît devrions nous dire), la part christique en chacun de nous (christique qui veut dire « conscience créatrice »). (Voilà pour donner une idée de ce que permet entre autres choses, le travail de découverte du code herméneutique).

L’astrologie elle-même est un égrégore devenu puissant, elle a été injectée dans l’humanité (dans son inconscient collectif) il y a fort longtemps et il fonctionne de manière presque autonome, et cela même sur les personnes qui n’y croient pas. Et jusqu'à ce que nous ayons pris conscience du phénomène de l’égrégore et de son pouvoir suggestif, pour s’en affranchir enfin.




 

Les icones tout comme les mots, mais sur d'autres bases, ont autant un effet suggestif. Dans les icones peuvent être combinés des symboles, qui ont le pouvoir de franchir toutes les barrières du conscient, pour s'installer dans l'inconscient et fonctionnent de manière autonome presqu'en maître absolue, pour servir une cause qui n'a rien à voir avec votre croissance spirituelle et le bonheur de l’humanité en général.

Le décodage, est une méthode de raisonnement analytique simple (pour peu qu’on sache ce qu’il faut savoir). Il permet de se désincarcérer de tout un système de manipulations en cascade à toutes les couches que ce soient , venant du plus grand égrégore qui puisse éxister, en passant plus modestement par divers paniers de crabes familiaux (par exemple) ou toute autre personne manipulatrice intégrée dans quelque groupe plus restreint que ce soit.

Libérés de tous ces noyaux aliénants, nous trouvons aisément en SOI toute cette vérité absolue, source de bonheur et de croissance. Et rappelez vous; la vraie science est simple au point d'être intellectuellement accessible à un adolescent de 13 ans, rien que du bonheur !!! L’obstacle principal est psychologique.

* « L'Encyclopédie philosophique universelle – Les Notions Philosophiques » aux éditions PUF, que vous trouverez dans toutes les bonnes bibliothèques.
 
 
PRINCIPES DU CONTRÔLE MENTAL    
Les procédés du contrôle mental sont d'autant plus efficaces qu'ils sont subtils et donc plus inaccessibles à la conscience immédiate.
 

Le contrôle mental s’arc-boute sur les phrases répétitives, toxiques, humiliantes, réductrices, culpabilisantes, assassines, (qui répétées mille fois, en général pendant l’enfance mais pas seulement, imprègnent le cerveau). Il s’appuie aussi sur les icônes quelques soient leurs médias (par affichage direct de la propagande, ou plus subtilement grâce à la force de persuasion des symboles ainsi détournés, ces derniers sont placardés ouvertement ou suggérés par une géométrie subliminale). Et enfin on ajoute l’ensemble des prophéties qui s'adressent plus globalement à l'inconscient collectif des êtres humains. L'inconscient collectif est un facteur de destinée de l'humanité en général. Les prophéties ne sont pas des visions d'un avenir figé mais des infiltrations sournoises qui aliènent nos esprits. Elles suggèrent à contrario, en se substituant à l'intuition positive et à notre pouvoir créatif, qui eux sont générateurs de destin positif pour une croissance spirituelle qui se veut de se développer dans de bonnes conditions (s'il vous plait !!).

L'ensemble de ces croyances sont des "malédictions" (= mauvaises paroles) et font qu'on n'ose plus aller vers le bonheur. Et nous participons plus ou moins inconsciemment à l'expression de leurs réalités.  

Et qu'on le veuille ou non ces "sortilèges" ont une part privilégiée dans la définition et l'appréhension de notre destin collectif ou individuel. et ils seront d'autant plus opérationnels qu'on en n'aura moins conscience. 
 

Que le sortilège soit familial, religieux ou plus moderne (politique, technologique, idéologique, voir scientifique ), trop souvent, nous n'avons pas conscience ni de la force ni de la forme de son emprisonnement et à fortiori de ce qu'il nous coûte. Les dernières découvertes en psychologie confirment pourtant cela, mais hélas ce n'est pas encore de notoriété publique.

Aujourd'hui les mots ont changé et les moyens de nous maintenir en servitude sont devenus beaucoup moins évidents à apréhender. Et combien croient être libres alors que les chaînes au lieu d'être autour de nos poignets se sont déplacées et cachées dans nos têtes.
Et c'est délibérément que entre autres, nous allons nous enfermer dans un stade de foot ou dans des gradins pour admirer ceux qui respectent des règles (un énième cadre restrictif) et qui mettent en valeur la concurrence et la rivalité et qui canalise notre corps émotionnel dans des pseudos réjouissances aussi artificielles que crétines et toujours sans finalité. Qui plus est dans ces "manifestations" rien n'est à découvrir (et on peut en dire autant des concerts et toutes autres manifestations artificielles que ce soient). Tout cela au lieu d'aller marcher à l'aventure dans une forêt, une montagne, pour admirer la nature et vivre un émoi proportionnel à sa grandeur, et méditer sur ses lois.
 
Les gens
Voient ce qu'ils Croient
et ne Croient plus ce qu'ils Voient.
c'est grave !!
 
Cet état de fait n'est pas le résultat du hasard, moins encore le fait de la véritable nature humaine. Il y a bien encore aujourd'hui une volonté active de la part d'élites de nous maintenir en soumission. Et les outils élaborés sont à charge des différentes institutions.

Impossible d'être exhaustive ici, mais pour faire court et pour commencer il y a toutes les religions, bouddhisme et new-âge compris, qui ont généré progressivement une incapacité psychologique à réfléchir de manière autonome et efficace. Puis la politique, dont les agissements (de droite comme de gauche et etc..), nous maintiennent dans un état de survie permanent et toujours plus draconien, qui rend quasi impossible le repos nécessaire à une réflexion salutaire. Puis viennent tous les égrégores de l'ésotérisme confondus, qui eux sont là pour nous pomper ce qu'il nous reste d'énergies psychiques. Et enfin les sous-groupes, le plus souvent dans la communauté familial, l'individu le/la plus fort(e), parfois sincères au début, manipule à différents degrés. Et cela peut atteindre des sommets et détruire des vies entières, de génération en génération. Ces personnages bien souvent s'appuient subtilement sur les automatismes et concepts d'autres égrégores plus puissant comme les religions pour consolider le leur, sans forcément être des croyant(e)s.

 
   
LES "PENSÉES" et leurs Images
Ce qui nous passe par la tête - Impactes psychologiques.
 
 
   
Pour comprendre l'image, il faut en premier parler des 5 sens.

Les SENS sont l'ensemble de l'appareillage permettant la réception, la captation spécifique d'informations venant de l'extérieur*.
Ils sont les ouvertures par lesquelles s'opère une transmission des informations du monde extérieur vers le monde intérieur, SOI.
 
   
La SENSATION est une donnée pure de toute élaboration intellectuelle, c'est le point de départ de la connaissance. C'est le matériau de toutes représentions*.

SENS - ACTION = Action de « sentir » (se rapporte aux 5 sens)
. Il n'y a pas encore là, de processus intellectuel engagé. C'est le point de départ de la connaissance. Les premières données brutes de toutes intellectualisations, les matières premières de toutes représentations.
Ce processus appartient au PRÉSENT. PRO - SENS = DEVANT les SENS. Pour résumer ici à l'instant présent, nous ne pensons pas. Nous sommes en mode SENSATION. Et l'ensemble de ces données acquises par l'expérience immédiate compose un SENSIBLE (ce qui est susceptible d'être perçu par les sens).
 

 
La REPRÉSENTATION est acte par lequel quelque chose est présent ou se présente à l'esprit et qui forme le contenu concret d'un objet de pensée*. RE-PRÉ –SENT-ATION = Action de Reproduire à l'esprit ce qui a été devant les sens à un moment donné de son expérience. Les représentations sont alimentées par des objets de la mémoire brut.
Exemple : Je me représente un cheval que j'ai déjà vu, je provoque dans mon esprit l'apparition de l'image de celui-ci. C'est une imagination basée sur la mémoire d'un vécu relativement brut qui en l'état n'a pas été intellectualisé.
 
   
La PERCEPTION est une représentation compréhensive* = PERCEP - TION = ACTION de « VOIR » à Travers (deviner) et se construire une image par recoupement des divers éléments acquis par les sens, et subséquemment. C'est ce que nous imaginons ce que les choses peuvent être en profondeur au-delà de ce qu'observent nos 5 sens de l'objet ou de la manifestation à l' instant présent. Et cette imagination s'alimente entre autre de l'expérience brut passée (acquis par les 5 sens) et subséquemment des réflexions qui s'en sont suivi à postériori.
Exemple: lors d'une visite d'un lieu inconnu nous voyons de grands bloc grisâtres, avec des ouvertures, nous somme capable de percevoir qu'il s'agit d'un immeuble avec à l'intérieur des espace aménagés. Nous VOYONS des blocs grisâtres.. Nous PERCEVONS un immeuble dans sa structure globale.

Autre exemple: pour résumer, un lion est un félin à poil blond roux ou brun, d'environ 150 à 200 kg, la dessus tout le monde sera à peu prés d'accord ; pour ce qui est de ce que chacun VOIT. Par contre au niveau de la perception des choses, entre un occidental qui n'a jamais vu de lion que dans le cadre d'un zoo et un masaï du Kenya qui côtoie le lion sauvage ; les perceptions de part et d'autre seront notablement différentes. Le premier se représentera un gros félin passablement dangereux. Pour le second, le même lion  sera toute une histoire initiatique.
Grossièrement on VOIT tous la même chose (pour peu qu'on appartienne à la même espèce et etc…), mais on n'a pas tous la même PERCEPTION et cette dernière, se doit d'évoluer au court de nos vies. La perception est une réponse à l'ensemble ou partie d'une expérience. Mais quelles que soient les sensations et les perceptions; le principe des choses lui n'en reste pas moins unique et universel.

Une perception est par nature relative et n'engage que son homme. Elle est en porte à faux face au principe universel des choses qui lui engage la totalité de la création, des co-créateurs/trices qui y participent et qui se rapportent à l'universel et non plus au relatif.

 
 
Le SAVOIR = SE - VOIR = Ce qui a été vu.
Au savoir acquis par transmission, il faut préférer celui acquis par expérience. Car ce dernier ne laisse place à aucun doute, il est solide. Alors que l'autre interposé, même s'il peut être est vrai en substance n'apportera pas à lui tout seul ni la certitude ni la confiance qu'on peut plus surement vouer à ses sens.

L'ensemble de la matière capter par expérience est le point de départ de la réflexion et de la méditation. Le cerveau est fait pour comprendre. La confiance en soi et la capacité à remettre en question aussi sont proportionnelles à:
•  L'expérience acquise
•  La réflexion/méditation
•  Les conclusions que l'on tire par devers soi et qui nous font concevoir des vérités intermédiaires jusqu'à tôt ou tard, en arriver au principe (le principe étant l'origine première des causes). Ici nous avons le DÉDUCTIBLE, qui est la compréhension progressive et croissante de ce que sont les choses au delà de ce que nos seuls 5 sens nous permettent d'en saisir de façon parcellaire.
Si nous ne sommes pas sûres de l'élément de base qu'est l'information, cela peut rendre incertains toute la réflexion et les conclusions résultantes. Et par conséquent, cela ne peut soutenir une confiance en soi SOLIDE, comme le peut le FAIT d'une expérience vécue.

La qualité de l'expérience et du savoir vont déterminer la qualité de la réflexion, de leurs représentations au niveau conceptuel, puis de la pénétration des choses en leur principe universel.

De quel type d'informations nous ne pouvons être parfaitement sûrs, sans avoir fait une évaluation et un recoupement préalable rigoureux ? Et bien, tout ce savoir qui nous vient d'ailleurs. En gros il y en de deux sortes : 1°) Celui qui nous vient de l'autre, la rencontre, et qui nous parle de son expérience. Mais là au moins, il est humainement possible d'évaluer la probité des propos d'une personne qu'on à sous la main et de paramétrer en conséquence pour les réflexions à venir…
2°) Mais il y tout cet autre savoir qui a pris la part du lion aujourd'hui. Celui là qui nous vient des institutions consolidé par dogmatisation et véhiculé via n'importe quel média (bancs de l'école et de l'université, livres rigoureusement sélectionnés par des maisons d'éditions qui n'ont pas plus d'intérêt à nous voir penser librement, que le lobby pharmaceutique n'a d'intérêt à nous voir en bonne santé, les religions etc.…)
 
   
Le processus de réflexions autonome basé principalement sur une expérience probante participe à part entière de la RESPONSABILITÉ = « Répondre de par SOI-MÊME, de SOI-MÊME ». Ce mouvement évolutif s'il en est, génère un sentiment légitime et croissant de sécurité, qui encourage à l'autodétermination pour faire ses propres choix et écouter son intuition...et là les enfants, ça dépote !!
 
   
L'IDÉE = Identique à (semblable). Avant l'idée, il y a comparaison, Du latin comparatio (ratio = faire la part des choses). Comparer c'est mettre par pair . Opération intellectuelle qui consiste à mettre en parallèle deux éléments, afin d'en saisir les similitudes et les différences*.
Exemple: J'ai une armoire de couleur jaune provençal, mes chaises sont blanches par association ; j'ai l' IDée de peindre mes chaises en jaune. J'ai l' IDée de rendre mes chaises IDentiques par la couleur à mon armoire.
Les chaises jaunes n'appartiennent en puissance qu'au futur. Avoir une idée c'est faire une projection d'avenir par similitude. L'idée (selon la définition qui précède) est en puissance une réalisation dans l'avenir .

Pour ce qui est des idées conceptuelles, elles seront d'autant meilleures qu'on se sera de mieux en mieux, rapproché de la compréhension universelle des principes qui ont produit tels ou tels phénomènes, desquels l'idée projette son esquisse. Sans quoi les idées peuvent être autant de plans sur la commette, qui nous font développer à l'infini une monstrueuse et mégalomaniaque usine à gaz, ou pratiquer vitam aeternam du Don-quichottisme toutes tendances, etc...

 
   
L'IMAGINATION = IMAG-IN-ATION = Action de visualiser à l'INtérieur (mentalement) une image.

Elle procède de :
•  les images qui sont directement traduites par le cerveau sur base des informations fournies au présent par nos sens en éveil (rappel, ce sont les données pures, des informations solides). Je VOIS.
•  Les images/icône quand elles sont des représentation mentale (visualisations) séparées de la sensation dont elles tiennent toute leurs « consistances » et par laquelle l'individu se remémore des aspects sensoriels d'objets momentanément ou définitivement absent du champ perceptif à l'instant présent*. Elles sont le support intelligible de cet absolu. Je me REPRÉSENTE.
•  Les images peuvent crayoner un concept élaboré, et se présenteront plus ou moins, sous forme géométrique avec des couleurs basiques, le tout réduit à leur plus simple expression que possible (s'alimentant aussi pour part des autres strates de l'imaginaire, je fais allusion ici au rêves). Je CONÇOIS.
Pour résumer, l'imagination sert à la captation de l'information livrée par les sens, à la représentation d'objets momentanément ou définitivement absents de nos sens, à l'élaboration d'idées et autres projections d'avenir, à la définition de concepts, mais elle sert aussi à recevoir l'empreinte de l'intuition, voir même peut servir de support au principe de la loi d'attraction.
 
   
INTUITION est une « connaissance directe » qui vient du cœur. Elle peut exprimer une vérité universelle, individuelle (et relative), une réalité matérielle aussi, qui ne pourraient être autrement acquises par l'expérience directe, le savoir ou la déduction. C'est aussi la manifestation de la volonté pure non intellectualisée, indépendante de toute aliénation, qui conduit vers une expérience initiatique, et/ou la réalisation d'un bonheur ou à l'obtention d'un moyen à ces fins. Elle utilise l'imagination pour se manifester à la conscience, parfois elle arrive à mener l'individu sans qu'il ait jamais perçu celle-ci consciemment.

Il peut arriver que l'icône qui serve de médiateur à son intellectualisation soit polluée par les croyances quelles qu'elles soient, que celles-ci soient conscientes ou non. Du reste l'ensemble des croyances peuvent se substituer à la réalisation d'une intuition pure.

Apprendre à faire la distinction entre une intuition positive pure et une envie qui procède pour partie ou entièrement d'une suggestion ou d'une programmation est un travail incontournable si on veut retrouver la main sur son vrai destin (exit cendrillon !!).
 
   
La TÉLÉPATHIE = TÉLÉ – PATHIE = à distance - ressentir.

Nous avons aussi les pensées perçues par télépathie. La difficulté avec celles-ci outre d'admettre leur réalité, c'est de faire la distinction entre les pensées des autres et les nôtres. Cela demande du temps. Pour commencer un bon moyen, c'est d'identifier lorsque vous êtes en groupe des pensées qui vous passent par la tête et qui n'ont rien à voir avec votre personnalité, ensuite de deviner de qui cela peut provenir à l'intérieur du groupe.
 
   
Le SENTIMENT = SENTIR – MENTAL

Après la sensation, les sentiments. On pourrait résumer ces derniers en trois mots : agréable, désagréable ou neutre. Autant la sensation est liée aux seuls sens et à l’objet perçu, autant le sentiment lui contemple l'être dans sa totalité psychologique et physiologique, Il s’agit de soi et par extension de l’autre. Le sentiment est le résultat et est lié au noyau d'une expérience intégrée plus globale. Il présente une notion de bien être ou de mal-être et donc prend en considération l'individu de façon plus étendu que par ses seuls sens et sa seule faculté cognitive.
 
 
L'ÉMOTION (Mouvement) est une réaction qui va générer une impulsion de mouvement.
•  La peur va générer un reflexe de recul, de fuite
•  Joie, une ouverture à l'autre et/ou un élan vers l'autre
•  La tristesse, un effondrement
•  La Colère, un élan agressif contre l'autre ou contre soi
•  Surprise, une immobilisation
•  Le mépris et le dégout, une rétraction, une fermeture
Dans l'émotion il y a une notion d'immédiateté. Les émotions ont la capacité de soumettre nos facultés cognitives à un état d'urgence. Elles nous mettent en mouvement. Au même titre que la sensation qui est une donnée pure de toute élaboration intellectuelle, l'émotion est un état dissocié de la réflexion.

Une émotion est toujours liée à une expérience globale,à son noyau. Une émotion cohérente doit répondre à part entière d'une expérience vécue au présent. Une émotion toxique se déclenche « arbitrairement » et de manière disproportionnée en liaison à une expérience passée , quand un des éléments de cette dernière se manifeste. Auquel cas elle est inadéquat. Sachant qu'une émotion bloque le discernement et génère des pensées primaires, cela induit un comportement inadapté, caractériel et enferme dans une spirale inconséquente d'épreuves douloureuses.
Exemple  : Si une personne a été humiliée pendant son enfance et que cette humiliation avait pour noyaux des parents humiliants qui catalysait leurs dénigrements avec cette phrase cent mille fois répétée : « tu es nul ». Cette même personne quand elle entendra la phrase exprimée par un professeur débonnaire, même si celui-ci la prononce avec affection et humour, elle sera aussi mal vécue que lorsqu'elle venait de ses parents blessants.
Auquel cas l'émotion mal intégrée (toxique) nuit au processus de discernement et décide pour faux et à proportion, d'une valeur à donner à une information, à une expérience présente et dont elle ne procède pas à part entière. En conséquence de quoi, elle induit un sentiment, voir un comportement conflictuel face à l'expérience présente, et cela rend incapable de faire des choix de vie enthousiastes.

Les émotions toxiques soumettent les capacités intellectuelles et rejettent tout ou partie de l'expérience et des informations, pour s'auto-argumenter. Bien que l'individu soit concentré sur une pensée primaire émotive d'autoprotection, il est finalement inscrit dans un processus d'autodestruction par aliénation de son intégralité et de sa totalité humaine.

Il y a dans une émotion saine un pouvoir extraordinaire que trop peu de monde osent imaginer.
 
   
* Les Notions Phylosophiques - Édition "puf" ou Wiki  
   
 
PHILOSOPHIE  
L'être humain est une créature magnifique.
Apprenez que nous sommes bons en puissance. C’est notre nature.

Mais « On » s’est ingénié à nous faire croire le contraire et cela nous a corrompus. Il faut nous défaire de cette fausse croyance en notre médiocrité.

Pour cela il est nécessaire de comprendre dans les moindres détails les procédés d'aliénation afin de reprendre entièrement la main sur notre intégrité.

Par ailleurs, quand nous partageons dans une alternative équitable, les énergies se multiplient et chacun de part et d'autre en ressort enrichi. Quand au contraire, nous prenons, nous consommons au bénéfice d'une quelconque échelle de valeur ou hiérarchie; alors nous nous asséchons et nous détruisons. Parce que le développement de nos capacités dépend de la foi que nous nourrissons en nous et celle-ci dépend de notre degré humanité.

La lutte contre une mauvaise estime de soi (même et surtout si elle est inconsciente) provoque une lutte avec les autres. C’est un cercle vicieux qui aujourd’hui, a atteint des sommets et qui se reproduit de lui-même à l’infini toujours plus toxique.

Les grands secrets (les seuls porteur de liberté) sont inscrits à l’intérieur de nous. Ils n’attendent qu’à être découverts. Et ils se révèlent volontiers à qui ouvre son cœur vraiment. L'obstacle n'est pas intellectuel ou matériel, mais psychologique.
 
 
Dédicace  
Je dédicace ce site à Rose-Marie Mengual (grande érudite du sanskrit) , que j'ai croisé plusieurs fois dans ma vie et avec qui j'ai partagé et qui a été pour moi un éclairage déterminant. J'ai rencontré un(e) seul(e) véritable Maître dans ma vie: ce fut elle. Et pas un jour se passe sans que je lui sois reconnaissante.
 
   
 
Qui suis-je?  
J’ai éveillé ma kundalini, il y a quelques années. J’ai d’abord refusé cette réalité. Puis voyant que de toute façon je n’avais pas le choix, au bout d’une année j’ai accepté cette nouvelle réalité. Il m’a fallu une année supplémentaire pour décider de prendre au sérieux ces nouvelles responsabilités. Celles-ci sont à hauteur des révélations qui accompagnent un éveil arrivé dans de bonnes conditions. Ces révélations se marient très mal avec une quelconque vanité, et je ne comprends toujours pas pourquoi certain(e)s tirent orgueil de l'éveil.

Des années plus tard, je maîtrise parfaitement le sujet et j'anime des conférences sur l'éveil de la kundalini. Malheureusement au vu des circonstances, le projet est mis en suspens.

Ma "Grande" Histoire se résume en ceci et elle est vrai pour tout le monde :
Je suis ce que j'ai compris
J'ai compris selon que j'ai expérimenté
J'ai expérimenté selon ma curiosité
J'ai eu la curiosité de mon courage

..............................Le reste appartient à la petite histoire.
Elle se résume pour tous à la petite étiquette qu’on vous mettra au gros doigt de pied le moment venu.

Bien qu’aujourd'hui mon histoire pour elle même ne représente plus grand chose pour moi, je comprends parfaitement que pour me situer, mes lecteurs aient besoin d’en savoir un peu plus. Qu’à cela ne tienne voici un petit résumé.

Je suis une femme de 58 ans, maman de trois enfants. Je suis issue d’une famille de petits bourgeois. Aujourd’hui on les appelle la classe moyenne. Comme la plupart du temps dans ces familles là (qu'ils s'agissent de parvenus ou d'héritiers), derrière une façade bien travaillée se cachent beaucoup de souffrance et de conflits intérieurs , beaucoup d’immaturité, de présomption et un orgueil phénoménal qui ne s’appuie que sur du vent.

Je suis venue au monde avec un énorme sourire dans le cœur. J’étais médium et je pouvais lire dans le cœur des gens. Je lisais les tristesses surtout. Les joies il y en avait si peu. Et la tristesse des autres devenait mienne. Et j’ai tôt fait de prendre le monde sur mes épaules. Fille d’un pervers narcissique, j’ai bien été imprégnée de l’idée que tout était de ma faute et de ma responsabilité. Alors j’ai pris en charge aussi de rendre mes parents heureux (chalenge irréalisable..).

Si ma médiumnité me faisait voir les choses telles qu’elles sont, à cette époque, j’étais si loin de comprendre, de savoir même qu’il pouvait y avoir des causes si profondes. Je croyais à l’époque qu’il suffisait juste de combler le manque. Empreinte d’une empathie à large spectre, je me suis épuisée dans ce sens. Le vide des gens qui ne veulent pas trouver en eux la lumière: est un gouffre sans fond.

Il m’a fallu des dizaines d’années pour comprendre le fil de la souffrance humaine. Et une partie de mon chemin de vie fut là justement. A l’âge de 13 ans j’étais déjà épuiser de voir toute cette noirceur. Alors je me suis déconnecté de mon troisième œil. Je ne voyais plus leur misère. De toute façon à cette époque qu’y pouvais-je. C’est à cette période que je découvrais mes dons de guérisseuse. D’abord en m’occupant des problèmes de dos de ma mère, puis les amis, puis la famille éloignée….

J’étais une enfant surdouée. D’entrée de jeu, ça n’a pas été un vrai cadeau puisque que mon père, dont la misogynie était LA religion ne le supporta pas longtemps (même s’il se targuait d’une transmission génétique…). Et quand et alors il se rendit compte que en mathématique je le dépassais, il m’a fait arrêter mes études, (pourtant mes capacités me promettaient un avenir sociétal bien plus confortable que ce par quoi je suis passé par la suite). Je me suis donc retrouvée dans le monde du travail sans diplôme ni qualification. Mes parents comme beaucoup de couples toxiques étaient panier percé. Et grâce à la programmation toxique de mon Pervers Narcissique de père qui voulait que je me sentisse responsable de mes propres parents : je les laissais me voler mon entier salaire. Et c’est après ma journée de travail, que j’allais donner des cours de rattrapage de maths de français et d’anglais afin d’avoir un peu d’argent de poche….

C’est en partie à cause de cela que j’ai épousé le premier venu, pour lequel je ne ressentais pas d’amour. N’ayant pas pu supporter longtemps le mensonge de mon propre couple, pour être en cohérence avec moi-même, j’ai divorcé à l’âge de 26 ans (4 années de mariage).

Et c’est à partir de là que mon cheminement spirituel à commencer véritablement. Quand je parle de cheminement, je parle de toutes ces questions qu’on se pose et qui font avancer si on est sincère. Je pense que ne pas tricher avec soi-même donne le véritable élan à la quête du graal.

Je ne m’avouais jamais vaincue.

En 1990 suite à une opération du dos, j'ai fait une expérience de mort imminente (EMI ou NDE) . J'avais déjà fais un certain chemin. Et mon passage de l'autre côté fut notablement différent de ce qui en est dit en général dans la littérature correspondante.
Des années plus tard j'expérimentais l'Ayahuasca. N'étant groupie de rien ni de personne; je le faisais selon que mon intuition me le commanda.
En rapprochant ces deux expériences, j’obtins un niveau de compréhension nettement plus éclairé. Ce qui me permis d’approfondir progressivement ma compréhension des lois (quantique pourrait-on dire) qui sous-tendent l’existence et de me libérer progressivement de l’attachement sur un très large éventail.

Nonobstant que mon père ait été un PN, il ne m’en a pas moins toujours stimulé intellectuellement d’une part et d’autre part au gré de ses lectures un peu particulière, il a également canalisé l’orientation de mes recherches. Et ce dont je me souviens plus particulièrement, c’est la fois où il m’avait parlé d’un certain moine et du CODE. Ce moine, dont je ne me souviens plus du nom, avait acquis la faculté de décoder n’importe quel texte ou mot de n’importe quelle langue (sans les connaitre forcément) et à tous les niveaux d’interprétation que possible.

Qu’il s’agisse de:

- 1°) ce que le peuple peu interpréter (l'éxegèse)
- 2°) ce que les rois , les clergers et autres dirigeants en tirent pour manipuler afin de dominer
- 3°)et enfin ce que les initiés peuvent saisir au delà les formules «religiosantes» adresser au "bas" peuple ou aux autres Hurluberlus d'une quelconque hiérarchie terrestre qui n’en sont pas dignes.

Mon père sans le savoir avait fait allusion à la langue des oiseaux et bien plus encore.

Bien que je me sois fourvoyée un nombre de fois considérable, mon amour pour l’humanité, ma quête de vérité, ma soif de comprendre et d’amour ont été les fils conducteur de ma vie….toujours fidèle au post…

Et c’est surement à cette soif que je dois d’avoir fait la rencontre la plus extraordinaire de ma vie : Rose-Marie MENGUAL (érudite du sanscrit) qui m’a donné une clé essentielle sans laquelle je n’aurais surement fait que piétiner. J’avais 23 ans en 1985 et je la croisais une douzaine de fois sur les 7 années suivantes.

Pour autant, je n’ai pas trouvé pas le fil d’Ariane comme ça, comme par magie. On avance pas à pas, on se plante régulièrement et lamentablement. Mais c’est utile aussi. C’est de cette façon qu’on comprend là ou ça n’est pas. Et cela entretient une humilité qui fait qu’on avance toujours.

Dans ce monde de tentations, il faut choisir entre confort matériel et véritable quête, C’est là sans doute que les tièdes sont vomis. Et on ne peut pas servir deux maitres à la fois, ça c'est certain.

Aujourd’hui je suis riche, riche de ce que j’ai compris, riche de ce que j’ai pu apporter vraiment à ces autres qui ont à la fois entendement et courage.

Et je suis là pour partager avec qui peut entendre et pour qui c’est l’heure.

.....Quelque part en Occitanie ...
Mise à jour : mars 2021
 
Ce site n'est pas parfait!
Si vous repérez des fautes de frappe, des liens morts etc..Merci à celles et ceux qui me le signaleront!
Dernière mise à jour:
mars 2021

Contact: kundal.artiste@gmail.com